Eglise de Ger

Eglise de Ger

L’église Saint Pierre aux Liens de Ger a été reconstruite en style néo-gothique en 1862 à l’emplacement de l’ancienne église sur une élévation de terrain. Autour se trouvait un large fossé de 4 mètres.

Son clocher, situé au nord et à côté de l’église a été édifié, sur un ancien donjon.
Le cimetière, bien que déplacé vers 1855 et réaménagé en 1970 entoure toujours l’église comme le voulait autrefois la coutume.
En 1891, un escalier et deux rampes, placées l’une à droite et l’autre à gauche pour l’accès du corbillard, ont été installés au couchant devant le portail d’entrée dans l’église.
Au XXIème siècle, les derniers aménagements de la Place centrale du village ont remarquablement mis en valeur la Mairie, le Clocher, l’Eglise elle même avec, devant son portail d’entrée, un magnifique escalier en marbre gris sous le monument aux morts. Une rampe sur le côté droit permet un passage plus aisé pour les handicapés au parvis de l’église. Des parterres fleuris égaient les abords de tous ces monuments ainsi que le Foyer Municipal et les parkings.

Une tour carrée formant clocher surmontée d’une flèche, se dresse à côté de l’Eglise. Trois grosses cloches, avec inscriptions diverses et au trois quart effacées se trouvent à l’intérieur du clocher.

Une fème cloche plus petite que les précédentes est située tout au sommet du clocher, immédiatement au-dessous de la flèche et est visible du dehors. C’est la cloche de l’horloge communale qui se trouve également dans le clocher. « 
Inventaire des biens de l’Etat dont la Fabrique de Ger. 1906. A.D. : 8V17

Eglise Saint Pierre de Ger

Eglise Saint Pierre de Ger

Avant les travaux de rénovation, il y avait dans le clocher un petit escalier en bois qui permettait d’accéder aux cloches. Un portail fermait ce clocher-tour dans lequel on peut encore voir des bancs en ardoise sur la maçonnerie de chaque côté de la pièce.

Le clocher de Ger a été édifié sur une tour, ancien donjon qui commandait une fortification militaire du Moyen-âge, ceci explique sa position à côté de l’église en campanile (d’après J.F. Massié). Une rangée de corbeaux indique l’emplacement de hourds ou de mâchicoulis. Nous pouvons observer la trace de gonds dans les embrasures en pierre.
La seule partie ancienne qui subsiste est la base de la tour carrée (servant de clocher et d’accès à la nef), qui fut construite en calcaire et en cailloux roulés. Située sur l’ancien pont-levis, elle est nettement distincte de l’édifice religieux ; ce n’est que par la suite que cette construction militaire a été jointe à l’église à l’aide d’une pièce permettant d’entrer dans la nef
(d’après Pierre Bayaud, archiviste départemental).